La formation et moi

De la réflexion sur votre projet de formation à l’utilisation des apprentissages au sein de votre organisation, découvrez les étapes de la mise en place de votre projet de formation :

Plusieurs raisons peuvent vous encourager à réfléchir à votre projet de formation.
Quels liens cette réflexion peut-elle avoir avec votre institution et votre cadre de travail ?

    Elément

    • « Je souhaite évoluer dans ma carrière professionnelle ou changer de métier, à l'intérieur de mon institution ou dans un autre secteur. »
    • « Avec mes collègues, nous souhaitons acquérir de nouvelles ressources pédagogiques. »
    • « Depuis peu, nous accueillons un public en situation de handicap : comment s’adapter ? »
    • « Le pouvoir subsidiant nous demande d’utiliser un logiciel spécifique pour le partage des données sur les bénéficiaires : comment l’utiliser ? »

    En matière de formation, les chemins possibles sont nombreux.
    Toute expérience de vie peut représenter un apprentissage, une opportunité pour mieux aller de l’avant.
    Le sens de vos projets dépend aussi de vous, le découvrir vous permettra d’en tirer bénéfice.
    Quel peut être cet avantage pour vous ?

    Un changement de législation, un métier en mutation, faire face à une situation nouvelle, développer de nouvelles ressources, l’évolution des technologies, etc. : les réalités de travail se modifient et les raisons d’apprendre sont multiples. 

    Les connaissances doivent sans cesse être actualisées, de nouvelles compétences sont nécessaires pour répondre aux nouveaux besoins, etc.
    La formation est devenue plus que jamais une nécessité, particulièrement dans un contexte où l’emploi est incertain. 

    Parfois, la démarche de se former viendra de vous-même, représentera un choix (privé ou professionnel) ; d’autres fois elle sera obligatoire, car les besoins de votre institution – ou la législation – la requièrent. 

    Depuis des années, le secteur non marchand favorise la formation de ses travailleur·euse·s par l’instauration d’un droit à la formation, et en les encourageant à se qualifier. 

    Les raisons de se lancer dans de nouveaux apprentissages peuvent être diverses :

    • l’amélioration du service que l’on rend au public, aux bénéficiaires
    • le besoin de donner du sens à son travail
    • une meilleure intégration dans une équipe
    • l’acquisition d’une compétence qui n’existe pas encore dans l’institution
    • la mise à jour nécessaire de compétences ou connaissances (informatique, nouvelles pédagogies, nouvelles techniques, etc.)
    • un rôle plus actif dans la structure
    • une réorientation professionnelle.

    La formation fait l’objet de nombreuses réflexions et d’incitants, qui ont des répercussions sur votre institution et vos possibilités de formation :

    • les incitants des pouvoirs publics subsidiants du non-marchand. À ce jour, trois tutelles conditionnent leur subventionnement à la mise en place d’un plan de formation : l’Agence pour une vie de qualité (AViQ) ; la Wallonie pour les services Aides familiales ; la Commission communautaire française (Cocof) en Région bruxelloise. Certains pouvoirs publics incitent les associations à consacrer une partie de leur subvention à la formation des travailleur·euse·s ;
    • les incitants fédéraux et communautaires. Depuis mars 2017, des mesures en matière de formation ont été prévues par la « Loi Peeters ». Le nombre de jours de formation est variable selon la commission paritaire : selon le secteur, les travailleur·euse·s ont droit à une période de 1 à 5 jours de formation par équivalent temps plein et par an. Renseignez-vous auprès de votre représentant·e syndical·e ou de votre référent·e formation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

    De plus, certains pouvoirs subsidiants peuvent financer un certain nombre de jours de formation :

    • les incitants fédéraux : le Congé-éducation payé ;
    • les incitants des partenaires sociaux. Les commissions paritaires du non-marchand ont décidé de certaines obligations. Dans la majorité des secteurs du non-marchand, les employeurs payent une cotisation « emploi et formation des groupes à risques » pour favoriser la formation continue. Des conventions collectives de travail ont également été signées dans certains secteurs et ont force de loi. Grâce aux Fonds de formation, des demandes pour participer à des formations sélectionnées par les partenaires sociaux, et pour obtenir des bourses à l’accompagnement, peuvent être introduites ;
    • les moyens financiers, à différents niveaux. Le budget attribué à la formation est variable d’une institution à l’autre, en fonction des pouvoirs subsidiants ;
    • les incitants européens. L’apprentissage tout au long de la vie (« Lifelong learning ») est l’un des chevaux de bataille de l’Europe. Cela va au-delà de la formation professionnelle et englobe aussi la valorisation de vos expériences.

    Si votre projet de formation s’effectue dans le cadre de votre travail, divers éléments entrent en considération. En voici quelques-uns :

    • la responsabilité concernant votre projet de formation est partagée entre vous et votre employeur. Chacun.e doit pouvoir communiquer sur ses besoins (les vôtres, ceux de l’équipe et de l’institution). Un entretien de fonctionnement (ou un entretien avec votre référent.e formation) peuvent être appropriés pour cet échange. Votre formation peut par ailleurs s’inscrire dans un plan de formation pour lequel il y a eu une concertation sociale ;
    • votre temps de formation est du temps de travail. Certaines dispositions peuvent être précisées dans le règlement de travail ;
    • l’obligation du suivi de formations (de base ou continues) dans certains secteurs, pour continuer à pouvoir exercer votre métier (ex. : le secteur de la santé). La responsabilité d'y participer vous revient, ainsi que la conservation des attestations de participation. De son côté, votre employeur doit répondre aux obligations de formations sectorielles ou liées à des conventions collectives de travail vis-à-vis des travailleur·euse·s. Il est par ailleurs tenu d’avoir du personnel qualifié pour rencontrer les exigences des agréments.