Je m'approprie ma nouvelle fonction

S’approprier une nouvelle fonction demande de la patience car il faut intégrer de nouveaux repères.

Voici quelques pistes pour cela.

Posez des questions sur le métier et les compétences

Les attentes de l’employeur ne sont pas forcément identiques à celles que vous imaginez, ou à celles de l’employeur précédent.
Chaque organisation a sa propre culture de travail, prenez le temps de la découvrir et de vous en étonner : « Quelles tâches, responsabilités, attitudes, limites, attend-on de moi ? »

Demandez du feed-back

Certain·e·s responsables n’en donnent pas (assez) et laissent les nouveaux·elles venu·e·s s’enliser dans des dysfonctionnements.
Or, le feed-back est le meilleur moyen pour savoir si vous vous appropriez la fonction selon les attentes de votre employeur. Ces « retours » sont importants car ils vous permettent de comprendre :

  • l’implicite du métier (ce qui n’est pas dit dans la description de fonction mais en fait partie) ;
  • comment votre prédécesseur·e exerçait son métier, les missions qu’il·elle occupait et que l’on  attend que vous repreniez.

Vérifiez l’adéquation entre vos compétences et celles exigées pour le poste

Relire la description de fonction et l’offre d’emploi peut être utile ; ou demander à votre responsable ou tuteur·rice de faire le point sur vos compétences, d’abord régulièrement puis de façon plus espacée.

Si vous percevez en vous des lacunes qui vous empêchent de remplir votre mission au mieux, parlez-en sans tarder avec votre délégué·e syndical·e.

Anticipez, n’attendez pas que votre responsable vous interpelle, afin d’éviter d’être débordé·e par la situation et que soit mise en cause votre crédibilité.
Enfin, vous pouvez demander un accompagnement ou des formations (mais pas le premier jour).